Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Enterrement bouddhiste : cérémonie et rites funéraires

Auparavant en France et même dans les pays occidentaux, le bouddhisme était davantage perçu comme une philosophie qu’une religion. Désormais, la religion bouddhiste s’est véritablement établie au point de devenir la 4ème religion en France. Environ 600 000 personnes se revendiquent bouddhistes, la majorité des croyants sont originaires de pays asiatiques tels que la Chine, le Tibet, le Vietnam… La religion bouddhiste se différencie des religions occidentales avec sa conception de la mort qui n’est pas vue comme un évènement malheureux mais plutôt comme une libération. Aussi, les religions occidentales placent Dieu au coeur de leur philosophie, alors que la religion bouddhiste place en premier l’être humain.

La vision de la mort dans un enterrement bouddhiste

Chez les bouddhistes, la mort n’est pas synonyme de fin mais de continuité, un passage transitoire vers une nouvelle existence. En effet, les bouddhistes placent la réincarnation au cœur de leur religion : l’âme du défunt va dans une nouvelle enveloppe corporelle. La mort n’est donc pas un drame mais une libération puisqu’elle permet d’atteindre le nirvana, un état de plénitude dans lequel toutes les souffrances cessent. C’est d’ailleurs, l’état ultime de la vie, le véritable bonheur où nous ne connaissons plus aucune pensée négative. Les bouddhistes appellent le nirvana comme l’état des lumières.

Le bouddhisme insiste sur l’importance de mener une existence emplie de bienveillance et de générosité car la réincarnation en dépendra. En effet, si on a mené une mauvaise existence pleine de débauche et d’actes malveillants, cela engendrera une régression au moment de la réincarnation. Au contraire, une belle existence entrainera une renaissance favorable. A savoir que l’âme peut se réincarner dans le corps d’un homme ou d’un animal.

Les rites funéraires dans un enterrement bouddhiste

Les rites funéraires bouddhistes varient d’un pays à un autre. Au moment d’un décès, les membres de la famille jouent un rôle très important car c’est eux qui accompagnent le défunt et le rassurent. Les dernières pensées du défunt détermineront sa réincarnation.

Un proche pose sa main sur le sommet du crâne du défunt pour encourager l’esprit à quitter le corps par sa partie supérieure, si ce n’est déjà fait (pratique tibétaine). Sa famille peut lui lire le « Bardo Thödol », le livre des morts tibétains afin de l’aider à se purifier et à élever sa conscience. Les proches du défunt ne doivent pas manifester de tristesse ou de peur mais doivent se montrer sereins et confiants afin de tranquilliser le défunt et de faciliter son envol vers sa nouvelle vie. Les pleurs et les paroles sont prohibés auprès de la dépouille.

La préparation du corps dans un enterrement bouddhiste

Le défunt est lavé, vêtu de ses plus beaux vêtements et coiffé par les proches. Des objets de culte et des effets personnels peuvent éventuellement se trouver sur ou auprès du corps.

Les soins de conservation (ou thanatopraxie) et le don d’organes sont tout à fait compatibles avec la religion bouddhiste.

La cérémonie dans un enterrement bouddhiste

La cérémonie est accompagnée d’un rituel de purification et d’offrandes. Des prières sont récitées et des offrandes sous forme de fleurs et de fruits peuvent être faites par les invités. On utilisera la 3ème personne et le passé pour parler du défunt car la réincarnation a déjà entamé son processus. La sérénité et le calme sont de rigueur lors des obsèques bouddhistes et les lamentations ainsi que les pleurs sont à éviter.

Pour les Français originaires de Chine, il est de coutume de faire des offrandes en brûlant des objets du quotidien en papier tels que des faux billets, des maisons, des téléphones, des voitures… Ces objets accompagneront ainsi le défunt dans l’au-delà.

Crémation ou inhumation pour des obsèques bouddhistes ?

La crémation est la pratique la plus courante, Bouddha s’étant fait incinérer, mais rien n’interdit l’inhumation.

Le monument funéraire est traditionnellement imposant, coloré et fleuri.

Merci !

Votre demande a été envoyée avec succès à notre service client.

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.